Inklassable

Censure moi si tu peux : quand la censure devient art

Nous avons déjà tous entendu parler de la censure des réseaux sociaux envers les photographies et iconographies mettant en scène certaines parties intimes du corps, notamment féminines. Les œuvres artistiques ne sont pas non plus épargnées. On se souvient en effet du scandale suite à la censure de L’Origine du Monde de Gustave Courbet par Facebook. Ici repose alors un enjeu majeur pour les artistes contemporains, qui, malgré notre époque où la parole se libère des tabous sexuels, voient leurs œuvres supprimées et censurées par les réseaux sociaux, alors même que ce sont des médias de plus en plus efficaces  pour se faire connaître d’un public et accéder à la reconnaissance.

Alors que faire ? Certains utilisateurs et utilisatrices ont fait le choix de médiatiser ce « tabou » pour revendiquer le droit de représentation de leurs corps.

Focus sur 3 comptes Instagram français qui se sont fait connaître en réintégrant la censure dans leur art et en proposant un nouveau mode d’expression qui déjoue les règles des réseaux sociaux.

Regards coupables ou la suggestion érotique (@regards_coupables)

Derrière ces lignes qui évoquent subtilement le plaisir charnel tout en contournant les règles communautaires d’Instagram, se trouve bien Regards Coupables. Dans la lignée d’autres artistes qui s’exposent sur Instagram, Regards Coupables remet au goût du jour et diffuse des images érotiques. C’est un format qui a connu un fort déclin suite à l’avènement de l’industrie pornographique (Pornhub…) dans les médias.

Après avoir perdu son premier compte suite à ses  représentations jugées trop graphiques, l’artiste retient la leçon et passe à un style plus suggestif. En suggérant une main, une langue, des seins, l’artiste convoque l’imagination de son public qui déchiffre ce qui se trouve entre les courbes sensuelles. De fait, la censure est au centre de la réflexion de l’artiste lorsqu’il élabore ses dessins, elle fait donc pleinement partie de l’œuvre. Il est donc difficile de censurer ses productions qui attirent d’ailleurs un public de plus en plus large car il amasse aujourd’hui presque 600 000 abonnés sur Instagram.

Un engouement tel que l’artiste a pu lancer une boutique de produits dérivés et une collection de sous-vêtements en collaboration avec Undiz. En parallèle, « Regards coupables » a pu exposer ses dessins au Montana, dans le 6ème.

Emir Shiro et ses (dé)-montages (@emirshiro)

Dans un registre plus comique, Emir Shiro cumule à lui seul 121 000 abonnés qui suivent ses photomontages mélangeant grands chefs d’œuvres et découpages de journaux. Son montage le plus connu est une Joconde entièrement pixellisée excepté le bout de ses seins alors même qu’il s’agit de la partie du corps féminin la plus censurée sur Instagram. Emir Shiro joue sur l’inattendu. Comme pour Regards Coupables, il a lui aussi été victime de la censure d’Instagram, ce qui ne l’a pas empêché d’être aussi exposé dans des galeries parisiennes et lyonnaises. Il confie à Clique : « Mon travail artistique est un jeu avec la censure et un clin d’œil à la pop culture. »

Violente Viande : la course au cynisme (@violenteviande)

Violente Viande, c’est le compte derrière lequel Florian Nardon publie chaque jour des fragments assez provocants. Son style mordant et son humour noir lui a valu et lui vaut encore la suppression de certaines de ses publications, ce qui est maintenant devenu une sorte de jeu pour l’auteur du compte. En utilisant des jeux de mots et des métonymies qui suggèrent elles aussi un contenu plus comique voire érotique, Violente Viande joue du mélange des genres, ce qui lui assure un plus large public. Pas un sujet ne lui échappe : du scandale Logan Paul, à l’album posthume de Johnny Hallyday, Violente Viande n’épargne aucun sujet de l’actualité afin de faire rire ses followers. Il est en quelque sorte l’antinomie du compte Instagram Amours Solitaires, car en jouant sur la misanthropie, il apporte une touche de cynisme à un paysage littéraire sur Instagram qui reste très doux et encadré. Du haut de ses 149 000 abonnés, Violente Viande a su se construire une notoriété qui lui permet désormais d’être publié régulièrement dans Glamour depuis le renouvellement du magazine et de sa ligne éditoriale. Plus encore, il a fait l’objet de nombreux partenariats lui permettant de mettre à profit ses qualités rédactionnelles. En parallèle, Florian Nardon a aussi réalisé l’affiche pour le dernier film de Cédric Anger, L’amour est une fête.

La leçon à retenir? Provoquer Instagram, ça paie…

Sources :

https://www.konbini.com/fr/tendances-2/regards-coupables-ou-lerotisme-a-lere-dinstagram

 

http://www.clique.tv/follow-friday-emir-shiro-roi-du-collage/

https://www.gqmagazine.fr/pop-culture/medias/articles/on-sait-qui-se-cache-derriere-violente-viande-le-compte-instagram-le-plus-cool-du-moment/55929

 

Kenza Bendabdelouhab

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *