Bistro-Disko

Chez Gudule

Situé entre les métros Bel-Air et Picpus (ligne 6), à deux pas de la Coulée Verte et de Nation, Chez Gudule s’impose comme le bar-restaurant convivial et familial du 12ème arrondissement. C’est le rendez-vous incontournable des parisiens du quartier.

Ma première visite au Gudule fut le jour de mon emménagement dans le quartier. J’avais demandé un cocktail et un saucisson à découper que je conseille d’ailleurs pour l’apéritif ou les petites fringales. L’ambiance de cette fin d’été et les petites guirlandes accrochées rendaient la terrasse vivante d’autant plus que les serveurs étaient très sympathiques et dynamiques. A l’intérieur, l’originalité du plafond où sont accrochés vélos, tables et chaises donnait un petit côté Alice au Pays des Merveilles à ce bistrot parisien traditionnel. C’est, depuis ce jour-là, ma cantine tant pour le brunch que pour le mid ou le soir. C’est là où je vais boire mes cafés (gourmands de préférence), mes bières (peu chères), cocktails et coupes de champagne.

Le soir, passée l’heure du service des plats, la terrasse se change souvent en grande fête où l’on transporte des plateaux de shots à partager allégrement. Il suffit de venir quelques fois pour vite sympathiser avec les autres clients et finir par de grandes tablées comme de vieux amis. Le personnel se prête aussi rapidement au jeu et mémorise très bien les habitudes des clients.

 Ici, pas de chichi mais la qualité est au rendez-vous. La carte est souvent renouvelée et l’on trouve aussi bien des plats de cuisine française traditionnelle que des burgers ou des plats végétariens. Les entrées, salades, tapas et planches offrent un très bon rapport qualité prix et calent rapidement les petites faims. Pour les plus gourmands qui choisiront de craquer pour un dessert, on retrouve les grands classiques (crème brulée grand format, café gourmand, brioche perdue et fondant au chocolat accompagnés d’une boule de glace…). Le café gourmand rassemble les miniatures des desserts à la carte : c’est donc un incontournable.

En été la terrasse s’ouvre sur la rue et déborde carrément sur la petite placette, comme en Espagne. Concerts et matchs s’alternent et aboutissent à de grandes tables donnant l’effet d’une vraie vie de quartier. Les gens dansent, parfois sur les bancs ou sur la table, les cris et les applaudissements fusent tandis que circulent sans interruption pintes et burgers. En hiver, la terrasse se ferme grâce à des vitres mais les tables près des canapés et les multiples chauffages promettent de rester à l’abri du froid. C’est aussi l’occasion de diner et d’apprécier l’originalité de la décoration de la salle.

Mais été comme hiver, c’est la félicité, la sympathie et l’efficacité du personnel qui est à saluer. Alors si vous décidez de passer dans le quartier, Djamal, Paul, William, Roxanne, Bérangère et Vivien (entre autres) seront ravis de vous accueillir, et moi, de vous y croiser !

Lisa Gnaedig

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *