Inklassable

Festivals et territoires : un couple qui fonctionne

Est-il encore possible aujourd’hui de penser à Avignon, Carhaix ou Angoulême sans les associer à leurs festivals ? Il semblerait que non. Plusieurs festivals ont ainsi participé à rendre visible des villes sur la carte de France, voire sur la carte d’Europe. La festivalomanie est devenue une aubaine pour les territoires français. En effet, ils leur permettent de rayonner au-delà de leur cadre local.

Une grande tendance festivalière

1887. C’est le nombre de festivals dédiés aux musiques actuelles en France. Et cela, sans compter les centaines de festivals consacrés à des thèmes aussi variés que le cinéma, le théâtre, la bande-dessinée, le vin, le multimédia ou encore le cirque.  Ainsi, ce type d’événement a connu un essor fulgurant dans les années 2000. Les raisons ? La démocratisation de l’accès à la culture, la décentralisation ou encore les parts croissantes du temps et du budget des foyers consacrées aux loisirs. Cet essor fulgurant a même vu certains concepts de festival s’exporter à l’étranger. C’est le cas d’« Étonnants voyageurs », le festival international du film et du livre de Saint-Malo  qui s’est implanté à Bamako, capitale du Mali. Du festival du citron à Menton (06) au  festival de cerf-volant à Dieppe (76) en passant par le festival de la photo animalière à Montier-en-Der (52), il y en a pour tous les goûts ! Cette diversité a permis aux festivals de devenir un rendez-vous incontournable dans le calendrier festif annuel de chacun. L’essence même des festivals étant de s’inscrire dans un lieu donné et à la même période chaque année, ils sont aujourd’hui parfaitement intégrés aux territoires dans lesquels ils sont implantés.

Une vitrine pour les territoires

Les festivals sont des événements initiés, en grande partie, par les acteurs culturels. Néanmoins, les villes participent de plus en plus à ce mouvement festivalier en pleine croissance en France. Dans tous les cas, ce sont principalement les communes et les intercommunalités qui subventionnent les festivals et aident à leur bonne organisation en mettant à disposition du personnel et du matériel municipal. Investir dans un festival permet de donner une visibilité aux actions publiques mais également de mettre en valeur le territoire et de le rendre attractif au niveau touristique, démographique et économique. De plus, un festival singularise une ville et a un impact sur son image. En effet, un festival de musiques actuelles est présumé donner à la ville une image jeune et dynamique, un festival sur les innovations numériques, une image de ville de pointe, et ainsi de suite. Par ailleurs, l’association entre les villes et leurs festivals, est résumée par le « de » qui exprime le lien fort entre l’événement et sa localisation : le festival d’Avignon, le printemps de Bourges, le Festival interceltique de Lorient. Les villes se voient alors entièrement liées aux événements culturels qu’elles proposent sur leurs territoires : Angoulême est associée à la bande-dessinée, Avignon, au théâtre, Aurillac, au théâtre de rue et Lorient au celtisme. Les festivals qu’elles accueillent en leur sein, sont ainsi les principales vitrines de ces villes puisqu’ils sont incontestablement utilisés à des fins de promotion touristique.

 

Des conséquences positives pour le territoire

Les villes profondément touchées par les reconversions économiques – à l’exemple d’ Angoulême ou de Lorient – et les territoires marqués par le déclin démographique – comme le Cantal dans lequel se situe Aurillac, ou le Centre Bretagne dans lequel se trouve Carhaix – ont été transformés par l’image culturelle que les festivals ont contribué à créer. Ainsi, ils ont offert la possibilité à de nombreux territoires de se transformer en des lieux plus attractifs et dynamiques. À Angoulême, une ville encore industrielle, le festival international de la bande-dessinée a conduit au développement d’un pôle d’activités économiques autour de l’image numérique. À Aix-en-Provence, le festival d’art lyrique est à l’origine de la création du Grand Théâtre de Provence inauguré en 2007, et du conservatoire de musique et de danse accueillant 1400 étudiants par an depuis 2013. Les exemples sont nombreux et démontrent que les festivals ont eu des effets positifs, puisqu’ils ont entraîné la création d’infrastructures bénéficiant directement aux résidents permanents. Par ailleurs, les festivals drainent des milliers de spectateurs chaque année ; pendant cette periode, les villes accueillent bien plus que le double du nombre de leurs habitants !. La meilleure illustration en est le festival des Vieilles Charrues. En 2016, selon une étude de « Tous les festivals », cet événement musical de 4 jours a attiré 268 000 festivaliers dans la ville de Carhaix qui compte pourtant seulement 8000 habitants. On observe alors un double phénomène. Tout d’abord, les festivals permettent de faire découvrir des territoires méconnus. Ensuite, ils entraînent des retombées conséquentes sur les différentes économies locales.

Dans un contexte de concurrence accrue entre les territoires pour attirer de nouveaux habitants mais également des touristes et des entreprises, les festivals apparaissent ici comme des atouts non négligeables pour favoriser la notoriété et l’image d’une ville, pour avoir des impacts économiques importants ou encore pour entraîner la création d’infrastructures  bénéfiques aux habitants. Des pistes qui sembleraient indiquer que la festivalomanie bénéficie au rayonnement et au développement de nos communes. Un bon prétexte pour profiter des nombreux festivals organisés en France !

Sources :

Brennetot Arnaud. Des festivals pour animer les territoires. In: Annales de Géographie, t. 113, n°635, 2004. pp. 29-50.

www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_2004_num_113_635_21409

Céline Barthon, Isabelle Garat, Maria Gravari-Barbas et Vincent Veschambre, « L’inscription territoriale et le jeu des acteurs dans les événements culturels et festifs : des villes, des festivals, des pouvoirs », Géocarrefour [En ligne], Vol. 82/3 | 2007, mis en ligne le 01 octobre 2010, consulté le 19 novembre 2017.

http://geocarrefour.revues.org/2155

DOI : 10.4000/geocarrefour.2155

« Les festivals de musique, toujours plus nombreux en France », Les Echos, 14 avril 2016, https://www.lesechos.fr/14/04/2016/lesechos.fr/021841287273_les-festivals-de-musiques–toujours-plus-nombreux-en-france.htm

Pierre Gueudar Delahaye, Quentin Thome, Amélie Dubois, « Le bilan des festivals de l’année 2016 », Tous les festivals, 12 décembre 2016

http://www.touslesfestivals.com/actualites/le-bilan-des-festivals-de-lannee-2016-121216

« Ces festivals qui changent l’image de leur ville », Les échos, 27 juillet 2015, https://www.lesechos.fr/27/07/2015/LesEchos/21987-068-ECH_ces-festivals-qui-changent-l-image-de-leur-ville.htm

Crédits photos :

Photo 1 : Fly HD, https://www.flyhd.fr/images/photos/vieilles-charrues-2015/fullsize/photo-aerienne-vieilles-charrues-2015-juillet.jp

Photo 2 : Min Coin, http://www.mincoin.com/photos/berck/best-of-cerf/cerf-volant_4.jpg

Photo 3 : Boris Horva, AFP, https://www.challenges.fr/economie/festival-d-avignon-un-investissement-peu-rentable-pour-les-artistes_485270

 

Sandrine Roul

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *