Bistro-Disko

Genç Urfa Durum, la meilleure alternative au kebab

Loin du sandwich gras et populaire, ce restaurant kurde sert une cuisine simple, goûteuse et efficace. Kulturiste a testé pour vous l’endroit considéré comme étant l’un des meilleurs restaurants turcs de Paris.

Paris ne manque pas de diversité quand il s’agit de cuisine. Les gastronomies de tous les pays du monde sont à portée de métro, quel que soit le budget. Et pourtant, lorsque l’on souhaite manger un sandwich, on se rabat souvent sur nos fondamentaux, kebab en tête, l’auteur de ces lignes n’y échappant pas. Il s’agit alors de trouver une bonne alternative : moins gras que le kebab mais tout de même satisfaisant pour nos ventres.

Genç Urfa Durum, restaurant qui a su faire parler de lui, notamment à travers des photos sur Instagram qui font saliver plus que de raison, présente ces deux avantages. D’ailleurs, la porte de l’établissement franchie, on ne regrette pas de s’être déplacé jusqu’au 10e arrondissement. Une somptueuse odeur de barbecue embaume la salle du restaurant et met l’eau à la bouche. L’endroit est d’ailleurs assez petit, moins de dix tables sont disposées devant une banquette, il est donc souvent nécessaire de commander à emporter aux heures de pointe.

Bon et pas cher, que demander de plus ?

La carte du restaurant est modeste mais suffisante pour combler nos envies : sandwichs, assiettes de viandes et salades sont au rendez-vous. Les prix très doux proposés réchauffent eux aussi le cœur : de 3€ la pizza turque à 10€50 l’assiette la plus chère. On opte ainsi pour ladite pizza, la lahmacun, qui est en fait plus proche d’une flammekueche de par sa pâte très fine. Composée de petits morceaux de viande hachée et épicée et garnie de persil, de tomates, d’oignons et de jus de citron, la lahmacun se déguste comme un sandwich, car servie enroulée dans le sens de la longueur.

Si la texture très croquante peut rappeler la flammekueche, le goût, en revanche, diffère grandement de celui de la tarte alsacienne. La viande marinée se mélange parfaitement avec le persil et l’acidité du citron et la finesse de la pâte donne l’impression de manger du pain grillé… en meilleur, bien sûr.

La lahmcun étant bien menue pour constituer un repas suffisant, on enchaîne donc avec un dürüm mixte (agneau et poulet), le sandwich turc qui a donné son nom au restaurant. Des morceaux de viande cuite au barbecue avec des tomates, du persil et de l’oignon, le tout enveloppé dans une galette, voilà de quoi remplir nos estomacs. Dès la première bouchée, le sandwich libère toutes ses saveurs : la viande est savoureuse et possède ce goût typique du barbecue qui donne tout son charme au dürüm, tout en s’associant parfaitement avec la fraîcheur des légumes.

C’est si bon qu’on en oublie de le prendre en photo pour les lecteurs de Kulturiste. Sans vouloir ouvrir de bataille avec le kebab, le sandwich de Genç Urfa Dürüm présente l’avantage de ne pas masquer le goût de la viande par une sauce trop présente et de mieux équilibrer la viande avec les condiments.

Avec une addition de 10€ pour les deux plats, on ne pouvait espérer meilleur rapport qualité/quantité/prix pour ce repas. Le meilleur argument pour vous convaincre d’aller faire un tour chez Genç Urfa Dürüm.

Genç Urfa Dürüm
11, rue du Faubourg Saint-Denis
75010 Paris

 

Briac Subrin-Bigot

(1) Comment

  1. I appreciate you penning this write-up and the rest of the website is very good.
    Thanks for ones marvelous posting! I really enjoyed reading it, you may be a great author.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *