Kanvas

La plus festive des mises en abyme

L’ancien Montmartre de la Belle Époque est mis en lumière…à Montmartre. Le Musée de Montmartre et Jardins Renoir expose depuis le 11 octobre et jusqu’au 19 janvier 2020 la collection des Américains David E. Weisman et Jacqueline E. Michel, qui nous fait ressentir tout l’imaginaire que Montmartre a su se construire. 



Le Montmartre festif, le Montmartre bohème, le Montmartre artiste : on traverse les salles du musée comme on découvre les différents visages de ce quartier qui surplombe Paris.

« Notre collection est le fruit de notre grande passion pour l’art de Montmartre. » – David E. Weisman et Jacqueline E. Michel. 

En effet, l’exposition met en exergue l’atmosphère ambiante de l’ancien Montmartre mais aussi son art. Les artistes de l’époque ont contribué à la construction de l’image d’un quartier fantaisiste, ne cessant de le représenter. Cette exposition montre bien l’hétérogénéité artistique de la représentation de Montmartre : on y découvre aussi bien des tableaux, que des illustrations journalistiques mais aussi des lithographies ou des partitions. Les supports sont multiples et représentent cet esprit que l’on peut qualifier “d’un peu fou”, d’un Montmartre où l’on est libre de s’exprimer comme on le souhaite, et où l’artiste, trop souvent en marge de la société, trouve enfin sa place.

La collection de David E. Weisman et Jacqueline E. Michel présente une pluralité d’œuvres. Néanmoins, les artistes sont souvent similaires : ce sont les artistes de Montmartre. Voir et revoir les mêmes noms tout au long de l’exposition (Henri Gabriel Hibels, Henri Toulouse-de-Lautrec ou encore Adolphe Léon Willette) nous fait ressentir l’esprit intimiste de ce lieu si particulier. Ainsi, le spectateur se sent comme intégré à ce groupe d’artistes, qui se connaissaient et festoyaient ensemble et qui, in fine, a fait vivre Montmartre.

L’exposition ne compte pas seulement sur l’art matériel et visuel pour nous faire voyager dans le temps. En effet, la musique est aussi présente pour nous faire ressentir la festivité ambiante de l’époque. Le café-concert, élément symbolique de Montmartre ne pouvait être mieux représenté que par la diffusion de musiques populaires dans une des salles du musée. En découvrant les dessins de danseuses de french-cancan de Puy, nous sommes entraînés par la voix chevrotante de Monique Morelli, qui nous fredonne les musiques que l’on chantait dans les cabarets. On s’y croirait presque.

Montmartre est comme un ailleurs irréel, une bulle de poésie dans Paris. Tout le charme de l’exposition est de nous faire ressentir cette atmosphère magique en sortant du musée : en passant la porte de sortie, on retrouve tout de ce Montmartre envoûtant, comme si rien n’avait changé. Si l’on continue son chemin vers la place du Tertre, nous voilà dans le coeur du Montmartre artiste et bohème. Si l’on décide de descendre la rue de Saules, on passe devant l’ancien cabaret Le Lapin Agile : c’est le Montmartre du spectacle. Mon petit conseil : s’y rendre le dimanche. Les rues de Montmartre sont calmes ; et seuls les cafés sont animés. On se croirait revenus à la Belle Époque et on ressent plus que jamais la spécificité de Montmartre, véritable ailleurs dans Paris.

 

 

Informations :

MUSÉE DE MONTMARTRE, 12, RUE CORTOT 
75018 PARIS

Métro : Ligne 12 Lamarck-Caulaincourt


Ligne 2 Anvers (puis funiculaire de Montmartre)

Durée de la visite : 1H

Tarif normal : 12€ 

Tarif étudiant : 9€

 

Emma Emeriaud

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *