Spektateur

Le Gros Diamant du Prince Ludwig

C’est au milieu des grands boulevards parisiens, entre le ballet des motos et les odeurs de grillades orientales, que se situe le charmant Théâtre du Gymnase. Inauguré en 1820 et inscrit aux monuments historiques dans les années 1990, ce théâtre présente depuis toujours une programmation variée sur un registre principalement comique.

En ce début d’année, nous vous invitons à y découvrir l’hilarante histoire du Gros diamant du prince Ludwig.

 

 

Une mise en scène détonante

Après s’être vue décerner le Molière de la meilleure Comédie en 2016, l’équipe des Faux British récidive en 2018 avec sa mise en scène d’un braquage de banque mené par de vrais bras cassés. Une troupe de 11 comédiens évolue sur scène, alternant les identités et les costumes, tricotant et détricotant une intrigue rocambolesque, au milieu de décors comme on aimerait en voir tous les jours.

Si la trame narrative condense tous les leviers traditionnels de la comédie (un braquage de banque motivé par les feux d’un diamant tellement énorme qu’il faut mobiliser jusqu’à la fille du banquier pour y parvenir), les Faux British ont la force de présenter une mise en scène de grande qualité.

 

La transition entre les actes est assurée par trois musiciens et une chanteuse, qui se produisent en direct depuis les planches. Les relations entre les personnages se cousent et se décousent, construisant des rencontres, des disputes, des alliances et des moments plus intimes… Les décors s’ouvrent et se referment, pour faire vivre les personnages tantôt dans un bagne tantôt dans une ruelle, pour les faire entrer et sortir des précieuses salles de la banque, pour les faire se déplacer aussi bien en voiture qu’en tyroliennes.

diamant4

 

 

diamant5

 

Le crescendo de cette abondante exploitation de l’espace théâtral a lieu dans les dernières scènes, où les braqueurs surplombent depuis les conduits d’aération un plateau scénique présenté à la verticale (oui, vous avez bien entendu), pour le plus grand fou rire des spectateurs.

Un moment de franche rigolade

Cette surenchère de personnages, de lieux scéniques, d’actions et de réactions, produit sur le public un irrémédiable effet de vis comica, la force comique à l’état brut. Tout est construit pour plonger le spectateur dans un moment de pure folie. Le comique répond au comique, l’attention ne peut pas se relâcher un seul instant, le regard ne saurait quitter les irrésistibles pirouettes qui s’enchainent à un rythme endiablé et une énergie déroutante.

 

Tous les types de comique sont mobilisés pour amener la représentation jusqu’à un degré d’euphorie peu commun au théâtre. Personnages excentriques, sous-entendus truculents, gestuelle démesurée, répétitions sans limites : cette comédie fait vivre un pur moment de lâcher-prise, idéal en ces froides journées d’hiver.                                                                                                         

 

Informations pratiques

Le gros diamant du prince Ludwig au Théâtre du Gymnase, 38 boulevard de Bonne Nouvelle, 75010 Paris, métro Bonne Nouvelle

Jeudi, vendredi et samedi à 21h

Samedi à 16h30 et dimanche à 15h

Durée : 1h40

Jusqu’à fin avril

Tarif de 10€ en catégorie 1 pour les moins de 26 ans (uniquement les jeudis, directement au guichet le jour même à partir de 19h30)

 

Sophie Regaud

Crédits photos : Théâtre du Gymnase

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *