Kanvas

Le Printemps fait place à l’Hiver : l’exposition de saison

Le thème du voyage s’invite au Printemps Haussman pour nous faire vivre une expérience dans l’air du temps. Voyage dans l’espace, voyage parmi les marques, voyage surprenant…

L’aventure

Les Galeries ont longtemps confié leurs vitrines à une seule marque pendant les périodes de fêtes. En 2014, Burberry exposait ses créations et ses produits derrière les grandes plaques de verre si joliment décorées. En 2013, c’est Prada qui avait eu la vedette. L’heure est maintenant à la cohabitation des marques et aux brassages provoqués par le voyage. Jusqu’au 7 janvier 2017, les passants pourront assister à une véritable exposition, devenue rituelle, de diverses enseignes. Dans les vitrines, MCM côtoie Citroën, Fendi côtoie Easyjet. A cela rien d’étonnant lorsque l’on écoute le directeur général de Fendi parler du luxe :

 « Le luxe, c’est le temps que vous accordez au voyage, pas le moyen que vous utilisez pour vous déplacer »

Les fêtes de fin d’année sont toujours cruciales pour une marque en termes de chiffres d’affaire. L’enjeu est de taille, il faut donc allécher le consommateur, l’inviter à l’aventure, le faire rêver, l’étourdir, le bercer de magie. Pour cela, les marques « exposent » à Haussman, au même titre peut-être que les artistes au musée, grâce à une scénographie qui associe le transport et le mouvement à l’enchantement.

L’arrivée au Printemps avec Fendi

La promotion déguisée en exposition

Aujourd’hui le luxe diffuse son image par le logo, l’influence, la renommée, mais plus seulement. Le consommateur demande désormais aux marques « une expérience » qu’il puisse vivre et partager. C’est ce que proposent les vitrines du Printemps aux 10 millions de passants du boulevard. Petits et grands sont séduits par les mises en scène, la technique, la créativité et la surprise de ces boîtes de verre. Ils veulent se prendre en photo devant, les touristes surtout ! Ces images sont ensuite diffusées sur les réseaux sociaux, donnant ainsi aux enseignes une plus grande visibilité.

La visibilité reste, en effet, un enjeu clé de cette mise en spectacle, mais le divertissement prévaut : on se croirait au musée… Chaque vitrine présente des objets différents et les met en valeur. Les lumières jouent le même rôle, elles orientent notre regard sur les éléments présentés : un sac, un parfum, un vase… Ces objets sont de véritables pièces de musée. On peut suivre l’exposition grâce à des panneaux explicatifs aux titres poétiques et flatteurs. Les noms de marques y sont inscrits comme ceux des peintres et des sculpteurs dans une galerie d’art.

Par exemple, la vitrine L’Aventure du désert promeut l’image de marque de Citroën en exposant une voiture de l’enseigne et en convoquant un imaginaire qui lui est associé. Le Printemps fait également sa propre publicité en mettant en scène dans la même vitrine d’autres objets, que la pancarte descriptive nous invite à retrouver dans les étages du grand magasin.

 

 

L’Aventure du désert avec Citroën

Un musée rentable et attractif

Chacun y trouve son compte car cette exposition temporaire ne coûte pas cher… tant que vous ne craquez pas pour les Louboutin exposées dans la devanture : L’Envolée des souliers. Cela vous donne également un avant-goût de Noël, mais attention à ne pas lécher les vitrines d’envie. Les adultes y retrouvent les marques qu’ils affectionnent, et les imaginaires qu’elles convoquent tandis que les enfants sont charmés par le spectacle des petits trains qui roulent et des oursons qui bougent. Et puis avouons-le… on aime bien tout ce qui brille !

 L’envolée des souliers

La traversée des senteurs avec Thalys

Si l’on peut reprocher la marchandisation de cette mise en scène, et la recherche de rentabilité des marques sous couvert de créativité, il n’en reste pas moins que cette activité est un incontournable, un « must do » de la période de Noël. Si Nicole Kidman s’est déplacée depuis l’Australie pour inaugurer ce musée à l’air libre, les Parisiens peuvent bien voyager quelques minutes en métro pour un moment de féerie, une belle sortie. Ce n’est pas du luxe je vous assure, c’est Fendi qui l’a dit !

 

 La croisière des étoiles, les arts de la table

Adelaïde Storez

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *