Mark-Page

Le salon du livre et de la presse jeunesse.

Joyeux 33e anniversaire !

Passionnée du genre Young adult depuis mon adolescence et enfin présente sur Paris depuis cette année, je me suis rendue dans le temple de la littérature et de la presse jeunesse le samedi 2 décembre.

L’édition 2017 ne déroge pas à la règle et était située dans l’espace Paris Est à Montreuil. Cette année, le salon fêtait ses 33 ans et comme chaque année, une exposition est présentée au public. Elle proposait des portraits et diverses représentations de l’enfance dans la littérature jeunesse contemporaine. Plus de 400 exposants avaient installé leur stand, quatre grandes scènes littéraires accueillaient des conférences, des lectures musicales et des ateliers pour petits et grands afin de découvrir le monde de la presse et des médias. De très nombreux auteurs étaient conviés pour avoir l’occasion d’échanger avec leurs lecteurs.

Pour tout vous avouer, je ne peux pas vous faire un débrief’ des prix qu’ont reçu certains livres ou encore des très nombreuses conférences car je ne suis venue qu’une après-midi pour me perdre dans les stands des plus grandes maisons d’éditions jeunesse. Je vais donc vous livrer ma propre expérience.

Un labyrinthe de stands

Midi, j’ai deux heures devant moi avant que deux amies me rejoignent. Une fois les contrôles de sécurité passés, je me retrouve au beau milieu d’une rare effervescence. Fervente bookstagrameuse, je suis assidûment les différents comptes des maisons d’éditions. Je m’étais donc fait un plan défini pour me retrouver dans la jungle des stands disposés de manière assez aléatoire !

 

 

J’ai tout d’abord visité le stand Albin Michel où travaille la booktubeuse Le souffle des mots dont j’ai parlé dans mon article précédent (si vous ne l’avez pas googlée après mon premier article, je vous laisse une deuxième chance ici. J’ai pu discuter un petit moment avec elle, très gentille et accessible. Même si ce n’est pas une youtubeuse très connue, de nombreux admirateurs prenaient des selfies avec elle. Ils apparaîtront sûrement sur Instagram. Pour vous prouver que les booktubeurs vont réussir : Nine (50 000 abonnés) était sur le stand pour dédicacer son livre Le pacte d’Emma qui a déjà 1 million de lecteurs !

Puis, je me suis rendue au stand Robert Laffont. Je m’étais promis de ne pas craquer devant le dernier tome de Phobos de Victor Dixen (je vous mets les liens des résumés dans les sources) mais tout cet univers littéraire m’a fait perdre la tête. Ni une, ni deux, il se retrouve dans mon sac. L’auteur était présent sur le stand pour dédicacer cette fameuse saga, cependant la libraire m’a annoncé deux heures d’attente, j’ai malheureusement renoncé mais j’étais ravie du succès de la série. Jay Asher, l’auteur de Treize raisons (13 reasons why) adapté en série Netflix à succès était aussi présent pour dédicacer son nouveau livre. (Si comme moi vous étiez persuadés que l’auteur était une femme, je peux désormais vous assurer le contraire !)

Enfin, je suis passée par une scène littéraire sans connaître le programme du moment. J’ai eu l’heureuse surprise d’écouter trente minutes de lecture de L’Aube sera grandiose à deux voix. Celle de l’auteure : Anne-Laure Bondoux et celle de sa fille. Bien sûr, la lecture se termine sur un cliffangher pour inciter le public à acheter le livre au stand Gallimard jeunesse. J’ai résisté à la tentation mais je ne me donne pas deux mois avant qu’il ne se retrouve dans ma bibliothèque.

Le livre papier renaît-il de ses cendres ?

Lors de mon pèlerinage, j’ai croisé l’équipe de l’émission Quotidien qui interviewait des enfants sur leurs différentes lectures. Je me suis interrogée sur la thématique du reportage et j’ai alors repensé à mon arrivée dans les allées du salon. Il n’y a pas eu une seule fois où je n’ai pas dit « pardon » pour essayer de me faufiler entre des groupes compacts d’individus. La file d’attente de deux heures pour un seul auteur aurait dû me mettre la puce à l’oreille : le salon était surchargé, de tous les âges, de tous les types de publics. Lorsque certains annonçaient la mort du livre papier avec l’apparition de la liseuse électronique, on ne peut que constater qu’ils avaient tort car le salon accueille chaque année plus de 175 000 visiteurs. Le stand qui vantait les mérites de la liseuse était vide, et je voyais à la place, des adolescents affalés par terre, le nez plongé dans leur bouquin. Le livre papier est donc, je l’espère, encore loin de l’extinction et c’est, je pense, la meilleure nouvelle possible.

Pour conclure, ma courte visite du salon de Montreuil m’a beaucoup plu même si je n’avais pas la patience de faire la queue afin de rencontrer des auteurs que j’adore. Mais c’est la beauté de ce salon : toutes les générations s’y retrouvent pour partager leur passion pour la lecture et s’ils sont novices en la matière, ils ont définitivement trouvé le bon endroit pour que la fièvre littéraire les atteigne!

Sources 

 

“Le succès au rendez-vous pour le 33e Salon du livre et de la presse jeunesse”, SLPJ +

Crédits photos : affiche du salon chez Casterman  et x-Key chez Booknode pour la photo du salon

Les livres que je mentionne :

Le pacte d’Emma de Nine Gorman

Phobos de Victor Dixen 

Treize raisons, Jay Asher

L’Aube sera grandiose de Anne-laure Bondoux

Elodie Bourgoin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *