Inklassable

Les pires affiches de théâtre du Festival Off d’Avignon

Le 3 juillet à minuit, la ville d’Avignon se transforme. Un jour avant le lancement officiel du Festival Off d’Avignon, les compagnies ont l’autorisation d’afficher leurs spectacles en ville. C’est la guerre. Chaque pièce cherche à trouver le meilleur emplacement pour son affiche. Le Festival d’Avignon « in » compte 35 spectacles là où le Festival Off en compte 1 538. Difficile de tirer son épingle du jeu dans cet océan de pièces.  Pour attirer l’attention des spectateurs, les compagnies font preuve d’imagination. Pour le meilleur comme pour le pire…

 

Et si on adaptait Martine à la ferme au théâtre ? Certains en ont rêvé, d’autres l’ont fait. On peut voir à l’affiche qu’il s’agit d’une des plus grosses productions du Festival Off d’Avignon.

 

Vous rêvez de travailler dans la communication théâtrale et culinaire ? N’attendez plus pour rejoindre l’équipe de Lysa Maro. Une pièce universelle sur le cochon.

400 ans après le scandale du Tartuffe, James Harry n’a pas peur de froisser l’église avec ses « Confessions « très » intimes ». Il ne semble pas non plus avoir peur de froisser le bon goût. Je clashe, je clashe.

« J’ai commandé une andouillette » vous a donné faim ? Alors n’attendez plus pour voir « Amour 4 Fromages ». Une pièce qui inverse les processus de la domination du patriarcat. Non je ris.
On rêve d’assister au prochain shooting photo des pièces de Phillip Josserand.

Last but not least : “Faites l’amour avec un Belge”. Une pièce qui a réussi à survivre depuis 9 ans dans la jungle avignonnaise. Alors la Belgique n’est pas seulement un pays qui a perdu face à la France en demi-finale, mais c’est aussi un pays marqué par des traditions, et le metteur en scène Michaël Dufour n’a pas manqué de les représenter sur l’affiche. Une pièce très profonde.

On reproche souvent au théâtre d’être trop élitiste. Il peut également être beauf. C’était ma conclusion.

Merci à Théau Gregorich, Thibaud Retailleau et Seb Guglielmo pour leur soutien précieux dans cette recherche.

Julien Carrance

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *