Bistro-Disko

Madame Arthur, un cabaret parisien

75 rue des Martyrs, métro Pigalle. Une adresse qui vaut le détour.

Au cœur de ce quartier vivant, entre les néons éblouissants des enseignes des boutiques érotiques et les effluves des crêpières donnant sur le trottoir, se trouve le premier cabaret transformiste de Paris. Madame Arthur ouvre en 1946, et tire son nom de la célèbre chanson du même nom écrite par Paul de Kock en 1850 et interprétée par Yvette Guilbert. Après avoir vu naître sur ses planches de nombreux artistes comme Serge Gainsbourg ou Bambi, le cabaret avait fermé ses portes pour quelques années. Aujourd’hui restauré et aux mains d’une nouvelle troupe, le 75 rue des Martyrs a retrouvé ses lettres de noblesse au sein de la vie nocturne pigallienne.

La salle de Madame Arthur après rénovation ©YouShould

Transformisme & spectacles

Madame Arthur est un haut-lieu de la tradition artistique transformiste et transsexuelle de la capitale. Depuis la réouverture de 2015, une troupe de musiciens (piano-accordéon) et de chanteurs anime la petite scène tendue de velours rouge, à quelques mètres des spectateurs. C’est dans cette ambiance intimiste et chaleureuse que Monsieur K, Miss Moran ou encore Patachtouille, proposent au public des reprises de chansons en français. Ces derniers savent allier humour, érotisme, et mélancolie, pour offrir chaque semaine une pépite inédite en première partie de soirée.

Le jeu avec les codes d’une sensualité qui oscille entre féminin et masculin est délicieux. Pour les non-initiés à ce genre de spectacle, rassurez-vous : chez Madame Arthur, vous pourrez découvrir cette composante culturelle des nuits parisiennes sans dérapage, sans excès, sans le geste ou le rapprochement de trop. La troupe qui se produit chaque soir à partir du mercredi est avant tout une troupe d’artistes, qui cherche à perpétuer et à transmettre les plaisirs du travestissement. Adeptes du concept ou simples curieux, vous serez les bienvenus et assurés de profiter sans inconfort d’une nuit détonante.

Miss Moran, l’un des chanteurs-phares du cabaret. Au piano, Monsieur K. ©MadameArthur

Papillons de nuit

A Pigalle, les nuits sont sans fin. Le 75 rue des Martyrs propose en ce sens une programmation complète et variée, qui satisfait aussi bien les papillons de début de nuit que ceux des premières lueurs de l’aube. La première partie de soirée se passe côté cabaret, et à partir de minuit c’est le club du Divan du Monde (jumelé avec Madame Arthur depuis les travaux de réhabilitation) qui accueille les danseurs pour des pas endiablés.

De nombreuses animations ponctuent par ailleurs ces soirées de caractère. Côté cabaret, les invités se succèdent sur scène entre deux duos transformistes. On aura la joie d’y retrouver des jeunes talents comme Igit ou Robi. Côté club, les orchestres en live sur de grandes thématiques de chanson française (bals Michel Berger, JJ Goldman ou Claude François) succèdent aux blind tests et autres karaokés improvisés. Côté fréquentations, vous partagerez votre verre de vin tantôt avec un travesti aguicheur, tantôt avec le DRH d’une boîte branchée arrivant d’un afterwork peut-être trop arrosé, sans oublier les trentenaires qui y célèbrent leur anniversaire et la masse estudiantine venue noyer l’échec de ses partiels dans un torrent d’atypisme artistique.

C’est probablement en raison de cette population, diverse mais malgré tout très parisienne, que les tarifs demeurent élevés. Depuis 2016, l’entrée est payante. S’il y a un happy hour, les prix des consommations n’en sont franchement pas plus intéressants. Comptez 4€ le demi, 5 à 6€ le verre de vin, et 10€ pour toute assiette proposée à la carte.

Toutefois, les videurs et membres de l’accueil ne sont pas avares en distribution d’invitations, un joli sourire peut souvent servir de laisser-passer et de laisser-boire.

Et toujours en français

Il faut enfin souligner l’atout majeur de ce double-lieu d’animation : la chanson française est à l’honneur. Les reprises musicales sur les planches du cabaret sont majoritairement issues du répertoire français, ou alors découlent d’adaptations originales et humouresques. Pour la partie club au Divan du Monde, les déhanchés se font également sur du France Gall, du Brigitte Bardot ou du Diam’s version partying : c’est la French Collection.

Bref, Madame Arthur & Le Divan du Monde sont un condensé de bonheur si vous souhaitez vous divertir autrement dans un cadre unique et plein de cachet, duquel vous ne voudrez plus repartir…

 La French Touch ©MadameArthur

Informations pratiques

Madame Arthur & Le Divan du Monde, 75 & 75 bis rue des Martyrs, Pigalle (métros 2 et 12)

Madame Arthur du mercredi au samedi, spectacle de 21h à minuit

Le Divan du Monde, 22h-6h les week-ends

Programmations régulières en semaine, possibilité de réservation et de privatisation

10€ l’entrée en début de soirée, 15€ après minuit, 50€ pour le diner-spectacle-club

 

Sophie Regaud

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *