Showing 22 Result(s)
Inkulture

Le shoujo manga : une représentation du sexisme institutionnalisé au Japon

Disclaimer : Je lis des mangas depuis mes 7 ans et il m’aura fallu attendre d’avoir 18 ans pour que je réalise à quel point le sexisme y était présent. Qu’on soit bien clair, les mangas appartiennent au monde de la fiction, ce qui permet peut être certaines prises de libertés. Pourtant celles-ci reflètent souvent …

Mark-Page

Fief de David Lopez, la banlieue dans la littérature

“Je lui nique sa race au tas de ronces. Ma technique au ras du sol, c’est efficace, mais c’est un genre de technique agricole, il y a ce côté répétitif qui rappelle le travail. Du coup j’ai changé d’optique, et là je joue au samouraï. Je brandis la machette au-dessus de ma tête et j’assène …

Mark-Page

« Tu n’es personne, et j’aurais pu devenir quelqu’un. »

           J’ai seize ans lorsque ma vie change à jamais.Une météorite s’écrase dans mon existence et laisse une trace indélébile. Cette météorite, c’est un roman malheureusement trop peu connu aujourd’hui, un texte bouleversant, écrit par un génie oublié, un sale gosse, un enfant turbulent qui a le feu dans les yeux, …

Mark-Page

Chinoises de Xinran

Journaliste et écrivaine chinoise, Xinran – nom de plume signifiant « de bon coeur » – a un parcours atypique. Née dans une famille aisée, elle est envoyée dans un orphelinat militaire au moment de la Révolution Culturelle car ses parents, jugés réactionnaires, sont emprisonnés.  Après ses études, d’Anglais et de relations internationales au sein du département …

Mark-Page

L’élégance du hérisson… et l’élégance de la modestie ?

L’élégance du hérisson de Muriel Barbery est un livre qui a remarquablement divisé la critique. Difficile de le rejeter totalement et en même temps presque impossible de ne pas le critiquer. Mais c’est bien normal, puisque qu’il confronte et « hyperbolise » deux réalités sociales…  Image du film adapté du roman-  ©The Festival Agency – 2015 L’immeuble …

Mark-Page

Quitter les mots ?

En exergue de Quitter les mots?, cette dédicace : « À mon papier peint, À la sœur jumelle de William Shakespeare qu’on a mariée de force, la condamnant à l’abrutissante mort lente du foyer. Plus douée, plus travailleuse que son frère, elle n’exista pas hors l’invention de Virginia Woolf. Ou bien était-elle William.e Shakespeare, le « e » ayant disparu, …